Bienvenue sur VoyanteMarie.com

VOYANCE GRATUITE IMMEDIATE








Me consulter

Obtenez des réponses immédiatement

Des réponses claires et précises dans des consultations privées et 100% confidentielles.

Appelez moi immédiatement au

04 92 94 80 38


Tous les jours de 7h à 3h du matin

Envoyez

VOY8038 au 71700


0,99€ par SMS + prix SMS

Appelez le

08 92 68 68 82

et donnez le code 8038
Service 0.80 € / min + prix appel

0 ans d'expérience

Pour aller plus loin

Mieux comprendre la voyance

La voyance dans le monde


Le Vaudou, la voyance Afro


Sur les conseils d’une bonne amie, j’ai fait appel au Vaudou amour gratuit. Cela s’est très vite passé, j’ai pris u rendez-vous par mail, et on a commencé à travailler. Je lui a fait confiance, et j’ai bien eu raison. Car tout d’un coup, cet homme si indifférent est véritablement tombé dans mes bras. Et vous, allez-vous tenter le Vaudou amour gratuit ? Si vous avez des soucis de cœur ou de travail, je vous le recommande très fortement, et vous avez tout ce qu’il vous faut sur ce site. Le vaudou (ou vodou, ou vodoun) est une religion originaire de l'ancien royaume du Dahomey (Afrique de l'Ouest). Il est toujours largement répandu au Bénin et au Togo, comme dans le célèbre marché des féticheurs à Lomé. À partir du XVIIe siècle, les esclaves originaires de cette région d'Afrique répandirent le culte vaudou aux Caraïbes et en Amérique. On le retrouve donc sous différentes formes à Cuba, en Haïti, au Brésil ou encore aux États-Unis, en Louisiane surtout. Le vaudou s'est aussi répandu en Afrique du Nord où on le retrouve sous différentes formes, dont la plus connue est le Gnawa au Maroc et en Algérie, mélangé au folklore religieux arabo-musulman. Le culte vaudou compte environ 50 millions de pratiquants dans le monde. On trouve en 2011 de nombreuses communautés « vaudouisantes » dans le monde entier, majoritairement sur le continent américain, et aux Antilles. Il existe en Europe des communautés plus discrètes mais néanmoins actives tel que le Hounfor bonzanfè, le Lakou sans Lune ou le Hounfor Konblanmen. Au début du XXIe siècle, le vaudou s'étend également au Canada où de nombreuses communautés ont vu le jour et tentent de mettre ce système de croyance au devant de la scène. Le vaudou vient d'Afrique de l'ouest mais on pratique aussi un vaudou partout où des esclaves africains ont été déportés, comme dans certaines îles des Caraïbes ou dans quelques pays d'Amérique comme le Brésil, USA, Mexique etc.

L’Oracle chinois


Je suis Sylvie, j’ai quarante-sept ans et je travaille dans le domaine de l’agriculture, je suis ouvrière dans une très grosse usine qui transforme des matières premières dans le Sud-Ouest de la France. Bref, assez parler de cela, car je ne suis pas très épanouie dans ce travail. J’aimerais bien changer, mais dans ma région, il n’y a rien d’autres. Et par-dessus, les mecs, les vrais, les sympathiques, les fidèles se font trop rares. C’est l’enfer ! C’est vrai qu’à vous décrire tout cela, cela ne fait pas vraiment envie ! Mais, bon, pour le travail, je tiens le coup, car toutes mes amies d’enfance y travaillent aussi ! Donc, malgré le dur labeur, l’ambiance est vraiment sympathique. Pour trouver un homme, je suis allé sur internet afin de trouver un Oracle chinois gratuit. C’est une amie qui m’en avait parlé et elle avait effectivement trouvé un mari grâce à cet oracle. Vous voyez sur site, il y a de quoi faire ! Je ne sais pas si vous connaissez cet Oracle chinois gratuit, mais il mérite d’être connu. Je vous le recommande, car moi du fin fond de ma campagne, j’ai trouvé quelqu’un ! Cet oracle repose sur 64 figures (ou hexagrammes) constituées par l'empilement de six traits, qui peuvent être pleins ou brisés, mutables ou non. Par le jeu des mutations, on arrive donc à 4 096 combinaisons possibles. L'interprétation des hexagrammes est écrite dans le "Livre des mutations" (Yi-King), ouvrage métaphysique taoïste de la Chine antique, attribué au souverain Fo Hi, qui l'aurait rédigé pendant une période d'emprisonnement.

La voyance en Grèce Antique


Les oracles grecs constituent un aspect fondamental de la religion et de la culture grecques. L'oracle est la réponse donnée par un dieu à une question personnelle, concernant généralement le futur. De tels oracles ne peuvent être rendus que par certains dieux, dans des lieux précis, sur des sujets déterminés et dans le respect de rites rigoureusement respectés : la prise d'oracle s'apparente à un culte. L'interprétation des réponses du dieu, qui s'exprime de diverses manières, demande parfois un apprentissage et l'oracle nécessite, en général, une interprétation heuristique, il s'agit souvent d'une parole énigmatique, sibylline (Sibylle était une prêtresse d'Apollon et une oracle, dans la mythologie grecque).Par extension et déformation, le terme d'oracle désigne aussi le dieu consulté, l'intermédiaire humain qui transmet la réponse ou encore le lieu sacré où la réponse est donnée. La langue grecque distingue ces différents sens : parmi de nombreux termes, la réponse divine peut être désignée par χρησμός / khrêsmós, proprement « le fait d'informer ». On peut aussi dire φάτις / phátis, « le fait de parler ». L'interprète de la réponse divine est souvent désigné par προφήτης / prophêtês, "qui parle à la place [du dieu]", σίβυλλα/sibylla, ou encore μάντις / mántis et πρόμαντις / prómantis. Enfin, le lieu de l'oracle est le χρηστήριον / khrêstếrion (terme qui désigne aussi l'oracle et la réponse de l'oracle).La mantique, c'est-à-dire le domaine de la divination, n'est, dans le monde grec antique, constituée que des sciences oraculaires. Les devins comme Tirésias sont considérés comme des personnages mythologiques : la divination, en Grèce, n'est pas l'affaire de mortels inspirés mais de personnes respectant des rites déterminés, bien que la tradition ait pu donner l'apparence d'une telle inspiration, ou, au sens propre, ἐνθουσιασμός / enthousiasmós, « enthousiasme », c'est-à-dire le « fait d'avoir le dieu en soi ».

L’oracle de Delphes


Les oracles ont marqué la période Hellénique. Bien que souvent défavorable à Athènes, l'oracle a pourtant appuyé son action colonisatrice. C'est ainsi que la légende rapporte que la colonie de Cyrène, en Libye, fut fondée grâce à un tel oracle : un certain Bathos était affligé d'un bégaiement. L'oracle lui avait conseillé pour sa guérison de fonder une cité à Cyrène ; ce faisant, il y vit un lion. La peur causée par cette rencontre fortuite le guérit définitivement de cette affliction. Il existe nombre d'exemples de ce type.La cité de Delphes, d'autre part, prit dans l'Antiquité un rôle économique important: ville très fréquentée, l'argent y circulait (celui des taxes de consultation, des nombreux trésors offerts par les cités que l'oracle avait « favorisées », des offrandes, des achats de victimes sacrificielles que seuls les marchands de la ville pouvaient vendre, etc.). Apparurent, pour gérer ce flux monétaire créé par les consultations oraculaires, des changeurs et des prêteurs. C'est d'ailleurs à Delphes, au VIe siècle avant l'ère chrétienne, que les premières banques ont fait leur apparition. Apollon n'était, en outre, pas le seul dieu résidant à Delphes: Dionysos était dit y passer l'hiver et Athéna y était aussi honorée; la coexistence de ces cultes faisaient dire aux anciens que la présence de l'oracle était un gage de respect mutuel. Enfin, la ville de Delphes baignait dans un climat de piété et d'effervescence intellectuelle. On s'y dépouillait de ses masques sociaux, à l'image d'Apollon qui, fondant la cité, dut se purifier du meurtre de Python. La philosophie y était pratiquée et encouragée, et c'est un oracle de Delphes qui aurait poussé Socrate à enseigner, après qu'un de ses disciples y aurait appris que son maître était le plus sage des hommes.

la voyance au Tibet


Le Tibet, ce tout petit pays niché dans l’Himalaya est aujourd’hui mondialement connu pour sa géographie mais aussi et surtout pour sa religion, le Bouddhisme et son représentant le dalaï-lama . Ce que l’on sait beaucoup moins, c’est que c’est dans cet actuel pays qu’a été « mis au point » une des techniques de divinations, un art divinatoire très puisant. L'oracle de Nechung était un des quatre oracles d'État du Tibet, selon Hanna Havnenik1. D'autres sources précisent qu'il n'existait qu'un seul oracle d'État, l'oracle de Nechung. Le médium résidait au monastère de Nechung dont il était l'abbé, d’où son nom. Depuis l’exil du gouvernement tibétain, ce monastère a été recréé à Dharamsala, Inde, à proximité de la résidence de l'actuel dalaï-lama. Le médium qui y réside a le rang de vice-ministre. Il est consulté régulièrement à l’occasion des fêtes de nouvel an et peut l’être à tout moment sur des questions précises. Le médium est depuis le 4 septembre 1987 Thubten Ngodup, né en 1957 à Phari au Tibet. Il est le 14e du titre, et a pris la succession de Lobsang Jigmé, entré en fonction en 1945 et décédé en 1984 en Inde. Ce dernier aurait prévu en 1947 les troubles dus à l'arrivée du régime communiste en Chine et a conseillé le départ du dalaï-lama en 1959. Alors aujourd’hui, lorsque vous verrez ou entendrez le dalaï-lama, vous saurez qu’au Tibet aussi il existe un oracle très puissant.

La spécificité Française


Avant la période de la révolution, la France connaît un véritable engouement pour les phénomènes du magnétisme animal étudiés par Franz-Anton Mesmer. Des individus exposés à ces phénomènes entrent dans des états de conscience comparables à ceux que l'on observera plus tard chez les médiums. En 1811, le marquis de Puységur considère notamment que les effets du sommeil hypnotique s'apparentent à du « somnambulisme provoqué ». Avant l'apparition du terme médium, on utilise le mot de somnambule pour désigner des personnes qui, dans un état hypnotique, attestent d'une sensibilité exceptionnelle ou bien affichent des comportements sans rapport avec leur personnalité habituelle. Les tentatives pour développer les applications scientifiques de l'hypnose et du mesmérisme sont alors supplantées par l'expansion du spiritisme et sa propre définition des médiums, qui seraient les instruments utilisés par les « Esprits » pour se manifester. Le déclin du mouvement spirite en Europe au milieu du XXe siècle fera progressivement disparaître l'intérêt pour les médiums au profit des voyant(e)s. Les médiums croient essentiellement à la vie éternelle et aux échanges avec les défunts, alors que les voyants annoncent généralement que leurs capacités extra-sensorielles sont des moyens pour répondre aux préoccupations pratiques des clients qui les consultent. Il était important d’ajouter cette précision, car trop souvent l’on résume la voyance Française au seul tarot de Marseille, qui est pourtant très populaire et que bon nombre d’utilisateurs sont heureux de savoir de spécificité hexagonale, même si sa vraie origine pourrait venir de l’Italie et notamment du tarot de Gênes, autre grand port de la Méditerranée.

Les Anglo-saxons et la voyance


Dans les pays anglo-saxons, la possibilité de « perceptions extrasensorielles » n'est pas réfutée à priori et les spécialistes préfèrent désormais le terme de channel à celui de médium. En France, à partir des années 1980, une convergence de disciplines scientifiques s'oriente occasionnellement vers les énigmes posées par la médiumnité. Des chercheurs mentionnent la complexité du réel et la nécessité d'en considérer tous les éléments. Leur objectif n'est plus de « faire la preuve » de faits paranormaux, dans un laboratoire qui isole le sujet observé de l'environnement nécessaire à la production de ces faits. Leur démarche consiste plutôt à définir des méthodes d'observation pouvant s'appliquer à des phénomènes non perceptibles par les cinq sens. Ces travaux sont compliqués par le fait que les « états altérés de conscience », communément admis dans d'autres cultures, ne le sont pas en occident. Malgré tout, des études anthropologiques portant sur quelques individus concluent que les médiums et les voyants sont généralement des sujets qui, après des épreuves affectives, développent un fort désir d'altruisme. Cet état d'empathie provoquerait des particularités sensorielles hors-normes. Quelques psychologues et psychanalystes surpris par « l'inquiétante étrangeté » de certains de leurs patients, s'interrogent sur les effets surprenants de ces états d'empathie. Ces effets ne sont pas contrôlés par la personne qui les subit, mais celle-ci acquière momentanément la faculté de percevoir intuitivement des informations cachées spécifiques à son entourage. La médiumnité reste cependant un sujet de controverse entre croyants et sceptiques. L'étude de ces phénomènes implique au départ l'acceptation d'hypothèses et cette acceptation dépend de la subjectivité de l'observateur.

La voyance est universelle


De nos jours, la médiumnité est une faculté prise en considération dans le cadre : de religions comme le pentecôtisme, le renouveau charismatique, le spiritualisme moderne, le caodaïsme, l'antoinisme, l'animisme, le vaudou, le candomblé, la Santeria, l'umbanda, le quimbanda, le Palo Mayombe et les diverses formes de spiritisme. De certaines branches du bouddhisme tibétain comme le bön ou les nyingmapa d'où sont issus les oracles tibétains. d'une philosophie comme la doctrine spirit, d'une pratique comme le channeling d'une tradition comme le mazzérisme, le chamanisme ou le druidisme, d'une profession comme la voyance, d'expériences mystiques, d'extase ou de visions, de cas de possession en anthropologie, d'activités non spirituelles comme la parapsychologie. L'astrologie remonte sans doute à la préhistoire, en tout cas aux Mésopotamiens.La croyance des anciens Grecs en la possibilité de prédire l'avenir provient de l'idée que les dieux, de préférence quand on les priait, accordaient régulièrement des révélations par l'intermédiaire d'augures. Homère présente de grands voyants : Tirésias, Calchas, Cassandre. La Pythie de Delphes joue un rôle considérable dans la vie politique et religieuse. Dès Pythagore, les nombres servent à connaître le secret du monde. Artémidore d'Éphèse a laissé un traité sur la clef des songes demeuré classique : Onirocritique (IIe siècle).Les croyances des Grecs furent partagées par les Romains et subsistèrent jusqu'à la fin du paganisme. Varron (Ier siècle av. J.-C.), le premier, et de façon trop systématique, distingue les divinations selon les Éléments : géomancie (Terre), hydromancie (Eau), aéromancie (Air), pyromancie (Feu).Avec le christianisme, l'interdiction arrive. L'empereur romain Constance II, en 341, condamne à la peine capitale les devins. Les exemples sont si nombreux, mais une seule thèse prévaut, la voyance est partout dans le monde.

La voyance Belge


L'antoinisme est un nouveau mouvement religieux guérisseur et d'inspiration chrétienne fondé en 1910 par le Wallon Louis-Joseph Antoine (1846–1912) à Jemeppe-sur-Meuse, Seraing. Avec un total de 64 temples, plus de quarante salles de lecture à travers le monde et des milliers de membres, il reste la seule religion née en Belgique dont la renommée et le succès ont dépassé les frontières du pays. Principalement actif en France, le mouvement religieux se caractérise par une structure décentralisée, des rites simples, une discrétion et une tolérance vis-à-vis des autres croyances. Élevé dans la foi catholique, Antoine travailla comme mineur dans sa jeunesse, puis comme métallurgiste. Profondément impressionné par les écrits d'Allan Kardec, il organisa un groupe spirite dans les années 1890. En 1893, la mort de son fils marqua sa rupture d'avec le catholicisme. En 1896, il expliqua ses opinions spirites dans un ouvrage, puis découvrit les dons de guérison et rassembla alors de nombreux disciples. En 1906, il rompit avec le spiritisme et lança une religion, puis publia trois livres expliquant sa doctrine et dédicaça le premier temple antoiniste. Après sa mort en 1912, sa femme Catherine établit un culte centralisé autour de la personne de son mari et de nouvelles règles au niveau de l'organisation. À sa mort en 1940, quelques différences apparurent entre les temples français et belges. Les croyances antoinistes combinent des éléments de catholicisme, de réincarnation, et de guérison. Dans la théologie antoiniste, l'homme doit atteindre la conscience en se débarrassant de l'illusion de la matière produite par son intelligence. Le but de la vie est de se libérer du cycle des réincarnations grâce à une progression morale aidée par des « fluides ». La liberté de conscience étant considérée comme essentielle dans la croyance antoiniste, cette religion ne pratique pas de prosélytisme et n'est pas exclusive. Elle ne porte pas de jugement sur les questions sociales, et bien que centrée sur la guérison, n'interfère pas avec le domaine médical et ne décourage pas le recours à la médecine traditionnelle.

Les spiritismes brésiliens


Selon Maria-Isaura Pereira De Queiroz, au tout début de la colonisation du Brésil par les portugais, on entendait déjà parler d’hérésies, dont celle du syncrétisme entre les croyances locales (Santidades) et le catholicisme. Puis les esclaves noirs importèrent leurs propres croyances qui se mélangèrent aux autres également au point qu’il exista des cultes catholiques-indiens-noirs mélangés ensuite avec le spiritisme. La volonté de baptiser les indigènes, au lieu de provoquer la disparition des anciens cultes, les a mélangés avec les consignes du christianisme. Ainsi, au lieu de ne contacter que les anciens esprits, les grandes figures du christianisme se sont ajoutées au panthéon des divinités locales.Selon l'historien Peter Winn, « la plupart des brésiliens peuvent se dire catholiques, mais le spiritisme est la vraie religion du Brésil ». L’héritage africain au Brésil a bien été intégré dans la culture du pays. Les croyances africaines dans l’interaction avec les « esprits » sont plus répandues dans les couches les plus pauvres de la société, quand les plus riches sont plus attirées par le spiritisme d’Allan Kardec. Selon les chiffres publiés par des sources indépendantes, le spiritisme kardéciste regrouperait au Brésil (en 2007) plus de 6 millions de spirites « pratiquants » et plus de 20 millions de sympathisants. Chaque ville d’importance possède au moins un centre spirite. Ces établissements organisent à la fois l’aide sociale, l’éducation et les contacts avec l’au-delà, selon le modèle proposé par Allan Kardec, véritable gloire locale. Élevé au rang de religion, le spiritisme influence profondément la société brésilienne. Ainsi, il existe une Association des journalistes spirites, une Association des magistrats spirites58 et une Association des médecins spirites. Certains hôpitaux psychiatriques font officiellement appel à des médiums pour aider les malades sous l’emprise d’esprits obsessionnels60. Un musée national du Spiritisme se trouve à Brasilia61. L’institut Culturelle Spirite de Rio de Janeiro accueille les chercheurs et les scientifiques du monde entier qui analysent le paranormal. Les médiums brésiliens tels que Chico Xavier, Luiz Gasparetto, João Teixeira de Faria ou Divaldo Pereira Franco bénéficient d'une grande popularité. Les députés brésiliens ont voté en 2007 pour instaurer le 18 avril comme la « journée nationale du spiritisme ».